Peter Gumbel est auteur, journaliste à Time Magazine et enseignant à Sciences-Po où il a été directeur de la communication. Britannique installé en France depuis 2002, il vient de publier un troisième essai sur la société française.

Elite Academy succède ainsi à French Vertigo (2006), où le journaliste se questionnait sur les raisons profondes du pessimisme ambiant, et On Achève bien les écoliers (2010) où il remettait en cause un grand nombre des principes de notre éducation nationale à l’aune des résultats comparatifs de celle-ci dans le concert international.

L’auteur poursuit ici son travail d’auscultation de la société française en traitant ce que le vénérable Edgar Schein appelle les Basic Assumptions, ces éléments fondateurs des cultures qui sont tacitement admis, tabous et jamais discutés ouvertement. Avec Elite Academy c’est au tour des grandes écoles et de notre culture de l’élitisme …. Read the rest of this entry »

“La France reste une des rares sociétés où l’appartenance à l’élite, une fois acquise, devient permanente. Cela garantit d’en être membre à vie et s’accompagne de nombreux avantages (réseaux de pouvoir, accès à des emplois réservés, merveilleuses sinécures, risque de chômage inexistant).”

Ezra Suleiman enseigne à l’université de Princeton et siège dans plusieurs comités de direction d’institutions publiques et privées et France et à l’étranger.

Cette citation est rapportée par l’implacable Brice Couturier dans sa chronique des matins consacrée au nouvel essai de Peter Gumbel sur lequel #hypertextual reviendra très, très bientôt … oh, et oui : les Citations du Dimanche paraissent maintenant en semaine car j’essaye de rester unplugged le jour du seigneur.

“Je suis étonné que vous ayez tant utilisé le mot changement dans votre présentation. Comme si c’était la clef pour améliorer la situation. Vous devez comprendre qu’en France c’est précisément ce mot qui nous fait peur. Le changement pour nous, cela veut dire que la situation empire, pas qu’elle s’améliore.”

Peter Gumbel vient de publier Elite Academy, ouvrage sur lequel #hypertextual (qui a déjà chroniqué le rafraîchissant On Achéve bien les Ecoliers) va évidemment longuement revenir.

Nous profitons de cette sortie pour citer un autre ouvrage essentiel du britannique : French Vertigo (2006), son premier essai (dans un français admirable) sur ce que lui inspire les incohérences de notre pays. Il reporte dans cet extrait les commentaires d’un enseignant d’économie venu assister à un séminaire animé par l’auteur à l’institut de l’entreprise.

Read the rest of this entry »

“Grâce à la liberté des communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées”

Une vision admirable de Friedrich Nietzsche, tiré des Fragments Posthumes. Cette citation est brandie par Raphaël Enthoven, qui une fois de plus, nous refait le coup du rabat-joie dans le numéro d’Octobre 2012 (numéro 63) de Philosophie Magazine. Read the rest of this entry »

Un ouvrage rapidement évoqué lors de sa sortie et plus longuement chroniqué aujourd’hui après sa lecture.

Christian Roudaut est journaliste et vit en Angleterre depuis une dizaine d’années. L’objectif de cet ouvrage consacré aux français du dehors, ceux qui ont décidé d’émigrer, est d’offrir des pistes de réflexions sur ce qui peut être amélioré en ayant l’humilité nécessaire pour s’inspirer sans nécessairement copier de ce qui se fait hors de nos frontières.

Read the rest of this entry »

“Qui se sait profond s’efforce à la clarté. Qui veut paraître profond s’efforce à l’obscurité. “

Une citation tirée du texte éponyme de Philosophe de Service de Raphael Enthoven, recueil de courts essais particulièrement inspirants. Une citation qui renvoie directement à ce très éclairant texte de Benjamin Pelletier : Vous reprendrez bien un peu d’obscurité, cette intervention de Michel Onfray sur l’intimidation par le langage, ou encore cet autre texte, beaucoup plus expeditif, du redoutable Scott Berkun [EN] : The complexifiers & The Simplifiers. Une thématique qui demeure très chère à #hypertextual.

“Nous avons l’art pour ne pas mourir de la vérité”.

Chic ! Deux citations cette semaine ! Encore Nietzsche, cette fois-ci cité par Charles Pépin dans une réponse aux lecteurs de Philosophie Magazine. La question porte sur le punk rock et Pépin citeNaissance de la tragédie où Nietzsche distingue le dyonisiaque (soumis à l’ivresse première) et l’apollinien (incarnant le rythme et la beauté formelle). Sans le second, la vision du premier serait insoutenable.

Lost In Management

June 4, 2011

François Dupuy est sociologue des organisations et directeur du Think Tank l’Ami Public, groupe créé par Christian Blanc.

S’appuyant sur de nombreuses enquêtes et des centaines d’entretiens menés au sein de différentes organisations européennes,  il a rédigé Lost in Management avec pour objectif de dresser un portrait de la vie en entreprise au 21ème siècle.

Un essai à la lecture agréable même si l’utilisation abusive du jargon un peu abscons et parfois ampoulé des organisations françaises peut fatiguer. Le matériel ramené des enquêtes est très riche mais les analyses sont parfois discutables. Malgré un très beau titre et quelques idées intéressantes, l’ouvrage laisse comme un goût d’inachevé …

Read the rest of this entry »

Deuxième partie de cette réflexion sur la relation plus que fraîche qu’entretiennent nos élites intellectuelles avec les réseaux sociaux et la culture 2.0 en général.

La première partie passe en revue les lignes directrices de la pensée hexagonale sur le sujet, comment celle-ci s’avère peu pertinente et ne jouit d’aucun écho à l’extérieur de nos frontières (ouvrages références, conférences etc …). Elle décrit en outre un premier motif de rejet des intellectuels à l’égard d’internet : la menace que ces réseaux sociaux, vecteurs de fluidité sociale, représentent dans un pays où les institutions et les statuts qu’elles octroient ont une importance fondatrice.

Ce second billet énumère quelques uns des piliers de la culture internet et essaye d’expliquer en quoi cette dernière rebute nos élites.

Read the rest of this entry »

Je me posais cette question en lisant le remarquable Here Comes Everybody de Clay Shirky : où en sont nos intellectuels sur le sujet des réseaux sociaux ?

Quelle réflexions, recherches et pensées sont produites par nos sociologues, économistes, philosophes, politologues, éditorialistes pour donner du sens aux remarquables mutations de la société que l’avènement du web collaboratif et des réseaux sociaux provoquent ? Et, au delà, quelle est la portée de cette réflexion dans le monde connecté ?

Talk about the revolution

Parce qu’elles transforment radicalement ce qui touche à notre travail, à la culture, aux médias, à la connaissance, aux métiers créatifs, ces technologies sont jugées révolutionnaires par des auteurs passionnants aux quatre coins du monde : où sont les nôtres ?

Où sont nos Clay Shirky, Jamie Surowiecki, Chris AndersonDavid Weineberger, Christopher Locke, Alexander Bard, Andrew McAfee, danah boyd ? Pour ces essayistes mondialement reconnus, le caractère révolutionnaire d’outils permettant pour la première fois de la diffusion de masse Many to Many ne fait aucun doute : il est comparé à ceux de l’imprimerie, du téléphone ou des outils de diffusion de masse (radio, télévision) …

Read the rest of this entry »

J’aime beaucoup les chansons de Phoenix, en particulier celles de deux derniers albums en date : l’étincelant Never Been Like That (dont est tiré l’immense Consolation Prizes clippé ci-dessus) et Wolgang Amadeus Phoenix.

Le travail des guitares de Christian Mazzalai et Laurent Brancowitz est remarquable : les entrelacs d’arpèges et de guirlandes de riffs subtils de Fender Telecaster évoquent immanquablement l’orfèvre Johnny Marr (The Smiths).

La voix de Thomas Mars demeure neutre, compressée et sans effet ; pas d’affect inutile :  la quintessence de l’esprit indie. Mars est volubile et sa prosodie qui rebondit sur des syllabes superposées donne une aspect élastique à son chant (sur Consolation Prizes, le “When my godgiven little became a lot older”).

Le batteur Thomas Hedlund est un Golgoth donnant une assise et un groove incroyable aux concerts de leurs deux dernières tournées.

Les mélodies sont splendides, solaires et mélancoliques : nul doute pourquoi les filles peuplent en majorité les concerts du groupe.

A l’image de Daft Punk et Air pour la musique électronique, Phoenix est l’icône d’une indie-pop française qui s’exporte (Grammy Award best indie rock album 2009 pour Wolfgang Amadeus Phoenix). Et comme Daft Punk et Air, Phoenix vient de Versailles. Read the rest of this entry »

La culture, dans sa définition éthologique (ensemble de savoirs et de pratiques qui se partagent et se transmettent socialement au sein d’un groupe donné) est une spécificité de l’espèce humaine qui ne laisse de me fasciner.

A ce titre, j’adore les villes. Elles sont un condensé, un fixateur de culture. Marcher sans but précis dans les grandes capitales est une de mes grandes joies.

J’ai ainsi parcouru des kilomètres dans un nombre important de métropoles (New York, Londres, Milan, Barcelone, Zürich, Papeete, Montréal, Florence, Rome, Nice, … ouaip, man : j’ai bourlingué)  à écarquiller les yeux, le nez et les oreilles pour m’emplir de l’âme de ces métropoles.

Paris est probablement une de celles au charme le plus coriace, pour citer le mot de Ariel Wizman. Read the rest of this entry »

Deuxième partie de l’article sur les défis du management français au 21ème siècle.

D’aucuns pourront se poser légitimement la question suivante : à quoi bon un tel acharnement contre la culture française du management ? Une réponse de Michel Volle :

S’intéresser à la pathologie des entreprises ce n’est pas du mauvais esprit mais du respect envers ces êtres vivants (Pathologie de l’entreprise).

Read the rest of this entry »

J’achète environ une vingtaine de livres par an. Deux tiers sont des business books en anglais. Le dernier tiers est en français : de la fiction et des livres d’économie ou de sociologie.

J’habite Bordeaux, une de ces grandes villes françaises dans lesquelles on trouve encore ces petites librairies silencieuses, feutrées et chaleureuses telles que dépeintes par ces romans dégoulinant de démagogie et de nostalgie, romans qui ont constellé la seconde moitié du XXème siècle de la littérature.fr.

On pourrait donc imaginer que j’achète mes livres dans ces échoppes. Read the rest of this entry »

Il s’agit d’un questionnement qu’avait déjà soumis Bertand Duperrin depuis son blog dans la préparation de cet évènement : quelles sont les spécificités de l’entreprise française qu’il convient de prendre en compte dans la mise en oeuvre de réseaux sociaux dans l’entreprise.fr.

Comme le rappelle le slide illustrant ce billet, cette approche n’implique pas seulement des outils collaboratifs mais aussi un changement profond dans notre relation au travail au sein d’une organisation.

La réponse aux spécificités françaises tient en 5 obstacles culturels majeurs. Bien sûr ces obstacles existent aussi dans d’autres cultures mais pas de manière aussi particulièrement saillante que chez nous et ce pour plusieurs raisons, développées ci après.

Read the rest of this entry »

Google.com Vs laruedulm.fr

September 18, 2009

Depuis l’avènement de Google comme incarnation du coeur de la société de la connaissance universelle, accessible à tous, j’ai cette impression diffuse que certains petits cercles se sentent dépossédés d’un privilège atavique. Ainsi les journalistes et les élites intellectuelles dépourvus de leur primauté à l’information, à la connaissance et à l’exclusivité de publication.

Je me rappelle de cette conversation avec un ami astro-physicien, chercheur du CNRS mondialement réputé, qui exprimait sa méfiance vis-à-vis d’internet et de Wikipedia où tout le monde à le droit de publier des articles dont on ne peut jamais garantir l’exactitude, et ce dans les mêmes mots qu’un autre ami, journaliste celui-là.

Un autre exemple spectaculaire ce jour (18 Septembre 2009) dans les matins de France Culture entre Patrick Bazin de la Bibliothèque de Lyon et Alain Gérard Slama, intellectuel libéral chroniqueur au Figaro mais aussi (surtout), pour ce qui nous concerne aujourd’hui , diplômé de Normale Sup et de sciences Po.

Read the rest of this entry »

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 312 other followers