IMG_0543

Après avoir défini les enjeux de la transformation digitale (1ere partie) puis donné les 7 points cardinaux de cette transformation (2eme et 3eme partie), cette 4ème partie s’attaque à une des plaies des organisations du 21ème siècle : les projets.

Que deviennent les projets dans l’entreprise numérique ? Comment sont-ils pilotés ? Comment s’organise-t-on pour en garantir le succès ? Pour les rendre efficaces ? Comment s’organise-t-on pour en faire des espaces organisationnels dans lesquels chacun y trouve son compte : contributeur, chef de projet, managers et, last but not least, les clients ?

Read the rest of this entry »


Dans le premier volet de cette série, nous nous sommes attardés sur une définition de la transformation digitale en proposant  d’en circonscrire l’enjeu principal :

Exploiter la radicalité des capacités d’internet (temps-réel, ubiquité, multitude) pour construire et ajuster en permanence :

  1. une connaissance validée de la réalité du marché, aujourd’hui, afin d’élaborer les produits et services les plus adaptés pour y répondre
  2. une connaissance validée de la réalité de l’organisation et des processus pour livrer le plus rapidement possible ces produits et services

Dans ce second billet nous allons décrire les quatre premiers des 7 points cardinaux de cette transformation. Pour chacun, nous allons proposer des principes, des exemples, des anti-patterns et des questions vous permettant d’évaluer votre stratégie. Ces sept points sont les suivants :

  1. la relation client
  2. les produits et services
  3. les processus
  4. les outils

Read the rest of this entry »

photo 1(32)

Alors que la transformation digitale (rappel : le qualificatif digital est approprié en français, inélégant mais approprié) est devenue un des enjeux majeurs des organisations, on a parfois du mal à se représenter à quoi cela correspond et à imaginer par quel bout prendre le sujet. Qu’entend-on par cette expression ? Quels sont les enjeux que cette transformation implique ?

Ce billet est le premier d’une série sur le sujet. Il a pour objet d’apporter un éclairage en proposant une définition et en en exprimant les enjeux.

Read the rest of this entry »

Le Virage Lean par Art Byrne

February 10, 2015

Bien souvent, le Lean est réduit à une suite d’outils  dont le dirigeant, un peu à la manière d’un ERP ou d’un Workflow, peut disposer pour améliorer l’efficacité opérationnelle de telle équipe de support ou de telle autre de production. Il va alors en déléguer la mise et oeuvre et l’infliger, de loin, à ses équipes afin d’obtenir une amélioration sensible de l’opérationnel. Bizarrement, les résultats ne sont alors que rarement au rendez-vous.

A mesure que l’on découvre des cas d’étude dans lesquels le Lean fonctionne, on se rend compte que Dan Jones et Jim Womack ne plaisantaient pas lorsqu’ils parlaient dès 1995 d’un système total de Management. Un système qui concerne l’ensemble de l’organisation : les équipes opérationnelles mais aussi le management et, encore plus important, le dirigeant.

Ce livre rappelle qu’un dirigeant qui attend d’une initiative de transformation qu’elle fonctionne sans s’impliquer lui-même complètement c’est un peu comme ces parents qui s’étonnent du langage châtié de leurs enfants alors qu’eux même ne cessent de jurer. Be the change you want to see in the world disait Gandhi : Art Byrne walks the talk et offre ici un ouvrage de dirigeant pour dirigeant. Un executive au pedigree impressionnant dont celui d’avoir dirigé Wiremold, un des cas d’étude de l’ouvrage séminal de Jones et Womack cité plus haut. Art a en outre permis en 10 ans à son entreprise de multiplier par 25 sa valeur (de $US 30 millions à 770).

Il délivre à travers ce livre une perspective à la valeur inestimable, où la confrontation directe avec l’indocile réalité incarne la démarche vertueuse d’un leadership moderne. A offrir à votre CEO pour la Saint Valentin et voici pourquoi … Read the rest of this entry »

photo(11)

The employee disengagement topic has been all the rage for the last few years. It has become the new major waste we want to address in Corporatica. Many studies (McLeod’s being the most inspiring to me), many blog posts, there are tons of thinking about it. But what about the doing ?

I hear many people whingeing about it : “the teams are not engaged, they don’t walk the extra-mile, yada yada yada …”

When I hear this, I tend to become impatient and feel like asking that question : and what have you done today to fight this lack of engagement ?

Read the rest of this entry »

Pour une raison que je ne m’explique pas, nombre de dirigeants imaginent encore que la valeur se crée dans les bureaux de direction ; ils y passent le plus clair de leur temps et se demandent pourquoi ils se trouvent déconnectés de l’entreprise ou s’étonnent de mauvais résultats trimestriels.

Art Byrne fut l’un des premiers managers à découvrir le Lean dans les années 80 alors qu’il était cadre chez General Electric. Nommé patron de Wiremold il met en oeuvre le lean en tant que stratégie d’entreprise, un des cas d’étude décrit par Dan Jones et James Womack dans Système Lean. Dix ans plus tard, l’entreprise qui était valorisée à 30 millions de dollars à son arrivée est revendue à un grand groupe industriel français pour 770 million de dollars.

Cet ouvrage, essentiel car rédigé depuis la perspective d’un dirigeant, apporte un éclairage sans ambigüité sur deux éléments essentiels du Lean.

En premier lieu, il n’est pas question ici d’un ensemble d’outils et de méthodes que l’on va imposer aux seuls opérateurs : il s’agit d’un système de management qui concerne chaque personne de l’entreprise, depuis les opérateurs, aux managers et au dirigeant. Surtout le dirigeant, qui devra entamer sa propre transformation. Une transformation de perspective sur la valeur, sur le client, sur les délais, sur la qualité et sur ses propres pratiques de leadership.

Ensuite, cet ouvrage nous rappelle que le Lean, dans ses deux principes essentiels, amélioration continue et respect des personnes, est la stratégie même de l’entreprise.

Une lecture très recommandée.

cecil gtr

Just like football, I love music and I always will. I have been lucky enough to listen to it ever since I was born as both my parents are music fans. I love most styles of music (chamber classical music, jazz, folk, cuban, afro-beat, electro) but the one that resonates the most with me is indie-rock. A huge fan of Jimmy Page as a kid and then Johnny Marr as a teenager, I am fascinated by electric guitars and I started playing when I was twelve, more than 30 years ago. From 15 onwards, apart from the 10 years I have spent abroad (London and then Zürich), I have always been playing in a band.

Being part or leading software development teams for more than 15 years, I have noticed many common traits with the musical activity. Even if for some weird reasons, I may have not sold as many CDs as Radiohead or REM, I still believe there is some value in sharing what I have learnt through these hours of work and all the analogies we can draw with creative work in a collaborative environment.

A post in 8 measures, we are talking about rock’n’roll here …

Read the rest of this entry »

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 441 other followers