Pour une raison que je ne m’explique pas, nombre de dirigeants imaginent encore que la valeur se crée dans les bureaux de direction ; ils y passent le plus clair de leur temps et se demandent pourquoi ils se trouvent déconnectés de l’entreprise ou s’étonnent de mauvais résultats trimestriels.

Art Byrne fut l’un des premiers managers à découvrir le Lean dans les années 80 alors qu’il était cadre chez General Electric. Nommé patron de Wiremold il met en oeuvre le lean en tant que stratégie d’entreprise chez Wiremold, un des cas d’étude décrit par Dan Jones et James Womack dans Système Lean. Dix ans plus tard, l’entreprise qui était valorisée à 30 millions de dollars à son arrivée est revendue à un grand groupe industriel français pour 770 million de dollars.

Cet ouvrage, essentiel car rédigé depuis la perspective d’un dirigeant, apporte un éclairage sans ambigüité sur deux éléments essentiels du Lean.

En premier lieu, il n’est pas question ici d’un ensemble d’outils et de méthodes que l’on va imposer aux seuls opérateurs : il s’agit d’un système de management qui concerne chaque personne de l’entreprise, depuis les opérateurs, aux managers et au dirigeant. Surtout le dirigeant, qui devra entamer sa propre transformation. Une transformation de perspective sur la valeur, sur le client, sur les délais, sur la qualité et sur ses propres pratiques de leadership.

Ensuite, cet ouvrage nous rappelle que le Lean, dans ses deux principes essentiels, amélioration continue et respect des personnes, est la stratégie même de l’entreprise.

Une lecture très recommandée.

Sunday Quote : #LeadWithRespect

September 21, 2014

“In so many places I’ve worked at in the past, people looked at the future with fear and the past with anger. My dream is to create a place where people look to the future with hope and the past with pride.”

Lead With Respect is an awesome book that #hypertextual has already discussed. This essay by the team Ballé (Freddy and Michael) sheds an unprecedented light on how to build alignment throughout an organization. Read the rest of this entry »

Sunday Quote : John Medina

September 14, 2014

“Using visual support is also a more efficient way to glue information to a neuron, there may be strong reasons for entire marketing departments to think seriously about making pictorial presentations their primary way of transferring information.”

Brain Rules is an awesome book explaining how our brain works and how brain science may influence the way we teach, learn and work.

Read the rest of this entry »

In 1944 George Loewenstein, a behavioral economist at Carnegie Mellon University, provided the most comprehensive account of situational interest. It is surprisingly simple : Curiosity, he says, happen when we feel a gap in our knowledge.

Made to Stick, the book from which this quote is taken, is a great book to benchmark and design your communication strategy whether it is to sell washing machines or lead changes in an organization.

Read the rest of this entry »

La pensée à rebours, cette habitude qui m’avait fait voir du sens là où il n’y avait qu’absence, est peut-être un trait positif. Mais elle se ramène parfois à nier l’évidence (…) Ne pas tenter de le faire équivaut à se laisser balloter par les vagues, pour se fracasser sur les récifs du désespoir.

J’ai déjà chanté ici mon amour de la littérature américaine. Le souffle mythique, la finesse psychologique, les grands espaces désolés en écho aux paysages mentaux des protagonistes, la brutalité de la nature, une écriture sous tension pour une puissance romanesque sans égal de ce côté-ci de l’Atlantique ou du café Flore. Read the rest of this entry »

“La confiance mutuelle est basée sur une forme de transparence. Elle concerne toutes les parties prenantes (…) Il ne s’agit évidemment pas d’une vision utopique et idéalisée des relations mais d’un constat simple : plus la confiance est faible, plus on a tendance à surenchérir en terme de processus pour se rassurer. L’effet étant immédiatement une déresponsabilisation des personnes et donc une perte de confiance et donc un renforcement des processus … dans une spirale sans fin. (…) Pour rétablir de la confiance, il faut remettre de la transparence, transparence sur les problèmes mais aussi sur la façon de s’en occuper.”

Cécile Roche est Lean Director à Thalès Group. Ce petit guide synthétique d’une grosse centaine de pages a pour objet d’expliquer aux managers ce qu’est le Lean, ce qu’en sont les principes et objectifs, et comment sa mise en oeuvre transforme leur rôle au quotidien.

Un ouvrage pratique et très bien pensé par une practicienne de longue date. Read the rest of this entry »

Ceux qui avaient fui l’Ancien Monde surpeuplé pour le nouveau continent n’étaient pas dôtés de gènes sociables : c’étaient au contraire ceux qui ne s’entendaient pas bien avec les autres.

Une phrase tirée de Freedom un récit à la densité romanesque prodigieuse, quasi-Toilstoïenne, narrant l’histoire d’une famille de la middle-class Américaine dans laquelle la mère est tiraillée entre l’amour pour son mari, homme de bien, et le désir qu’elle éprouve pour le meilleur ami de celui-ci, rock star indépendante. Un tryptique qui n’est pas sans évoquer un autre immense roman américain récent, Le Roman du Mariage de Jeffrey Eugenides (dont une citation pourrait aussi figurer ici : “«Les problèmes amoureux de Madeleine ont commencé au moment où les auteurs français qu’elle était en train de lire s’employaient à déconstruire la notion de l’amour.» mais ne nous égarons pas).

Tirée de l’histoire du grand père suédois du mari qui décide d’émigrer en Amérique au 19ème siècle, on imagine cette phrase donnée depuis la perspective de ceux qui restent. Transposée au 21ème siècle, cette citation évoque aussi les propos que peuvent tenir les allergiques au numérique à l’endroit de ceux qui ont trouvé dans les réseaux un nouveau continent social.

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

Join 398 other followers