Songwriting in action : Saudade

Nouvelle série de billets (qui je l’espere depassera les trois exemplaires de Hypertext Weekly) consacré au songwriting. Je ne fais pas mon snob à utiliser un mot anglais : il n’y a simplement pas de mot français correspondant. Pas de mot qui évoque ce côté artisanal de l’écriture d’une chanson pop, musique paroles et mélodie. On passe tout de suite dans le pompeux, le formel et le compliqué (écriture, auteur compositeur etc …).

daho front page

Adoncques Songwriting in Action : aujourd’hui Saudade d’Etienne Daho.

Une chanson splendide extraite de Paris, Ailleurs (1992) l’album que je préfère, mais je ne connais pas L’Invitation qui semble faire l’unanimité. Chanson qui parle d’une ville (Lisbonne pour les lents du bulbe comme moi qui n’ai découvert cela qu’au bout de 15 ans) où se superposent des espaces intimes et extérieurs, où au detour de ruelles fantômes et de terrasses où s’écrase le soleil surgissent des dauphins qui se meurent de Saudade – vision surréaliste saisissante et poétique.

Aussi : une chanson innervée par un soucis du mot juste au service de la prosodie (C’est l’attrait du danger qui me mène en ce lieu ….Vaincre la peur du vide, les ruptures d’équilibre … Où mène ce tourbillon, cette valse d’avions … Si tes larmes se mèlent aux pluies de NovembreC’est à l’aube que se ferment tes prunelles marines, sous quel méridien se caresser …).

Il s’agit surtout d’une chanson dont le tempo médium et le thème languide au piano restituent l’esprit de la ville, où les accords majeurs majoritaires (un seul accord mineur, le second du thème, qui donne cette gracieuse inflexion mélancolique) confèrent au morceau une lumineuse âpreté qui, là encore, évoque celle de la ville.

Il s’agit enfin de la chanson que Supernormal jouera ce soir (27 Mars) dans le cadre du concert hommage à Etienne Daho , concert organisé par Bordeaux Rock à la Politique à Bordeaux (St Michel). Et donc une chanson que j’ai apprise par coeur (juste pour le coup, je me remets au chant, après j’arrête à nouveau, je vous rassure ) et ai répétée chaque jour depuis deux semaines, au grand désespoir de ma famille. En la montant de 2 tons et la jouant en MI plutôt qu’en DO comme dans la version du crooner, pour m’extraire des graves inaccessibles pour mon organe limité.

flyer daho

Je me permets de reproduire les textes qui sont aussi sur la page youtube du clip. Si vous (auteur, editeur, fans) souhaitez me les voir retirer, merci de me le signifier avant de m’envoyer en prison.

En ce mai de fous messages
J’ai un rendez-vous dans l’air, inattendu et clair
Déjà je pars à ta découverte, Ville bonne et offerte
C’est l’attrait du danger qui me mène à ce lieu
C’est d’instinct Qu’tu me cherches et approches
Je sens que c’est toi

C’est à l’aube que se ferment tes prunelles marines

Sous quel meridien se caresser, dans mes bras te cacher
Dans ces ruelles fantômes Ou sur cette terrasse où s’écrase un soleil
Tu m’enseignes Le langage des yeux
Je reste sans voix

Les nuits au loin tu cherches l’ombre
Comment ris-tu avec les autres
Parfois aussi je m’abandonne
Mais au matin les dauphins se meurent
De saudade…

Où mène ce tourbillon, cette valse d’avions
Aller au bout de toi et de moi, vaincre la peur du vide
Les ruptures d’équilibre
Si tes larmes se mèlent Aux pluies de novembre
Et que je dois en périr, je sombrerai avec joie

De saudade…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s