Alain Ehrenberg : La société du malaise

Il ne s’agit pas d’aimer le monde de la compétition ; il s’agit de faire avec. Les Français ne sont pas condamnés au culte des grands souvenirs.

via Alain Ehrenberg : “Le malaise dans la société singularise la France” – LeMonde.fr.

J’ai entendu Ehrenberg dans les matins de France-Culture : son discours était éclairant et lucide. Un écho au pessimisme-social.fr attaqué de front par l’ouvrage de Grunberg et Laïdi, ouvrage auquel Hypertextual n’a de cesse de se réferer.

Son bouquin a l’air passionnant mais bien trop long pour quelqu’un qui, comme moi, prépare la Pihèmepi certifiquècheun. Je vais devoir attendre cet été …

Je recommande vivement nonetheless.

Si vous avez une opinion sur le livre, n’hésitez pas : le lien comment est fait pour cela.

Advertisements

4 thoughts on “Alain Ehrenberg : La société du malaise

  1. Salut Cecil,

    Excellent article dont tu fais reference. Je trouve tout de meme effrayant qu’il y ai autant de livres sur le sujet, on comprends de mieux en mieux quelle est la cause du “malaise” francais mais sans pour autant y trouve r de solution.

    Honnetement je ne vois pas bien ce qu’il va pousser les francais a changer de mentalite; et pendant ce temps, le monde continue d’avancer.

  2. Merci de ton commentaire Frédéric,

    S’il y a autant de livres sur le sujet c’est peut-être parce qu’il y a effectivement un problème.

    Ce qui est intéressant : ce problème est d’autant plus manifeste et évident que l’on a vécu sous d’autres cieux.

    Les français qui n’ont pas vécu cette expérience n’ont pas le recul et attribue cet aspect déprimant à la société actuelle dans sa globalité sans voir ce qu’il y a de spécifique à la culture française dans cette approche négative. Le fait qu’il s’agisse d’une étude de sociologue donne plus de poids à cette étude et, partant, à ces conséquences.

    Le correspondant de France Inter à Londres a écrit un livre à ce sujet dans lequel il interviewe un grand nombre d’expatriés.

  3. Effectivement la France vue de l’autre cote de l’Atlantique est vraiment differente — et on s’appercoit que le monde ne tourne pas non plus autour de la France comme on peut souvent en avoir l’impression dans le pays.

    On trimballe par contre tous les cliches de la France (dont le negativisme et l’ego demesure). C’est parfois un peu lourd a porter.

    Mais il faut bien dire qu’ici la mentalite est radicalement differente (surtout vis-a-vis du travail) et les gens ne comprennent vraiment pas comment les Francais peuvent se plaindre de leur condition.

    Comme tu le dis, ca prendrais a beaucoup une “petite claque” et aller voir comment ca se passe ailleurs.

    Je suis assez curieux de lire les propos d’expatries, quelle est le nom du livre du correspondant de France Inter?

  4. Montréal est une ville qui donne vraiment envie d’y vivre, tu as bien de la chance …

    Le livre s’appelle “France je t’aime je te quitte”. Une chronique ici dans Le Monde.

    J’ai entendu l’auteur l’autre jour sur France Culture et ses propos semblaient assez équilibrés. On n’est pas dans la stigmatisation de l’Expat, ce privilégié ultra libéral qui dénigre la France, ni dans la critique forcenée d’un état bloqué et passéïste.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s