Matthew Crawford : l’attention où le noeud de la condition des travailleurs de la connaissance

une-matthew-crawford-dtail-tt-width-1600-height-1067-fill-0-crop-0-bgcolor-eeeeee-lazyload-0

Le monde dans lequel nous acquérons des compétences pratiques en tant qu’agents incarnés (plutôt que consciences abstraites – ndlr) est le même univers qui nous soumet à l’hétéronomie (opposé d’autonomie – ndlr) des choses et aux périls de la réalité matérielle. Nourrir le fantasme d’échapper à l’hétéronomie par le biais de l’abstraction, c’est renoncer à toute compétence pratique et substituer à notre capacité d’agir les solutions magiques de la technologie.

Dans Eloge du Carburateur, un ouvrage dont #hypertextual n’a eu de cesse de parler, Matthew Crawford chante moins les vertus d’un composant mécanique que celles de l’agir individuel (individual agency), ce qui se passe lorsque nous constatons l’effet direct de nos actions sur le réel, et que nous savons que ces actions nous appartiennent vraiment.

Dans ContactPourquoi nous avons perdu le monde et comment le retrouver, Crawford  creuse davantage ce même sujet en opposant deux systèmes de pensée de notre rapport au monde et de l’apprentissage. Continue reading “Matthew Crawford : l’attention où le noeud de la condition des travailleurs de la connaissance”

Système d’expérimentation vs. système politique

“L’expérimentation est le contraire de la politique comme système : elle se niche dans les choses minuscules, elle se construit par le bas, elle se répète et recommence.”

Le retour des citations du dimanche avec une belle phrase de la philosophe Judith Revel, qui oppose l’expérimentation et le politique. On pourra lui rétorquer cette vision de James Kloppenberg qui pose l’expérimentation comme un champ potentiel de stratégie politique.

Une citation qui apporte néanmoins un éclairage intéressant sur ce qui se joue au sein de nos organisations ….

Continue reading “Système d’expérimentation vs. système politique”

Cracking the Talent Code with Daniel Coyle and John Wooden

daniel_coyle_portrait

Don’t look for the big, quick improvement. Seek the small improvement, one day at a time. That’s the only way it happens and when it happens, it lasts.

The importance of repetition until automacity cannot be overstated. Repetition is the key to learning.

(John Wooden)”

In The Talent Code – greatness is not born it’s grown, Daniel Coyle aims at cracking The Talent Code i.e how people develop exceptional talent in different disciplines – from musical instrument to business to (in the case above) sport.

The quotes above, taken from this book, are from John Wooden, often referred as the Greatest Coach ever. Continue reading “Cracking the Talent Code with Daniel Coyle and John Wooden”

Michel Serres et la performance de la réalité

michelserres

Nous, on rêve tout le temps, on est des machines à virtuel. Et voir le réel n’est pas donné à tout le monde. Pour voir le réel, il ne faut rien moins qu’une révolution, une puissante révolution comme celle réalisée par Galilée et Newton. Je retourne donc la question. Le réel n’est pas là, devant nous. Et c’est une performance de parvenir à la regarder tel qu’il est.

En 2008, la keynote d’ouverture de la première édition de l’USI était assurée pas un octogénaire malicieux : Michel Serres y parlait de l’innovation. C’était une authentique révélation.

Dans le numéro 100 de Philosophie Magazine (Qu’est-ce que la Philosophie) l’académicien répond ainsi à l’habituelle question liant le numérique à une aliénation virtuelle. Il ne s’agit pas d’un changement radical plutôt d’un changement d’échelle. Et de poser un des problèmes essentiels de la condition humaine : comment voir le réel, là devant nous.  Continue reading “Michel Serres et la performance de la réalité”

Citations du dimanche : Christophe André

La pleine conscience doit nous aider à ne pas en rester au “miroitement du réel”. La vision pénétrante nous permet de sonder la nature des choses, de ne pas nous laisser abuser par les apparences. La philosophe Simone Weil écrivait :”L’intelligence n’a rien à trouver, elle n’a qu’à déblayer”. Nous avons souvent ainsi à déblayer dans notre esprit tout ce qui fait obstacle à une vision juste et précise du monde, qui émergera alors d’elle-même comme une évidence.

Un extrait de Méditer, jour après jour un ouvrage du psychiatre Christophe André, médecin et praticien de la pleine conscience.

Continue reading “Citations du dimanche : Christophe André”

Citations du dimanche : Cécile Roche et la bienveillance

La bienveillance est avant tout une façon de considérer l’autre avec un a-priori positif. C’est l’attitude qui consiste à mettre dans son rapport à l’autre une intention positive, sans naïveté mais sans idée préconçue. C’est aussi supposer que l’attitude de l’autre n’est pas sous-tendue par des intentions négatives. Cela suppose de s’intéresser aux faits sans les interpréter de prime abord, tout simplement parce que l’interprétation des faits est la traduction de nos propres convictions et de nos propres valeurs bien plus que celles de la personne qui est à l’origine des faits. La bienveillance désamorce les conflits au lieu de les envenimer (…) elle installe les conditions positives d’une co-construction plutôt qu’entretenir une spirale négative de défiance. La bienveillance est un pari gagnant. Faire l’hypothèse que les intentions de l’autre ne sont pas malveillantes c’est en prendre un risque très faible en regard du bénéfice attendu. 

Voici la page la plus importante que vous lirez dans un ouvrage de management cette année. Cécile Roche est directrice du lean et de l’agile pour le groupe Thalès. Le Lean en Questions est son second ouvrage et c’est un livre admirable.

Continue reading “Citations du dimanche : Cécile Roche et la bienveillance”

Citations du Dimanche : Pierre-Noel Giraud et Michel Lussault

PNG : Plutôt que regarder un film téléchargé via Netflix sur un ordinateur portable, il faut que les habitants d’un territoire aient envie d’aller au bistrot du coin et au théâtre. Dans un cas ils n’ont recours qu’à de l’économie nomade, dans l’autre à de l’économie sédentaire. Bien sûr on ne va pas les forcer à acheter français, mais on peut les inciter à se tourner vers les biens et services sédentaires en améliorant leur qualité.

ML : Il faut penser à l’empowerment des subalternes comme disent les anglo-saxons et les inscrire dans des processus de montée en capacité d’agir sans les mettre dans des situations d’assistance. (…) La production de valeur est l’une des dimensions fondamentales des sociétés, elle est liée à leur capacité à organiser leur espace de vie. Elle doit redevenir l’objet d’une délibération collective.

Longtemps que la thématique Citations du dimanche, empruntée aux amis Trémeur Denigot et Jean-Paul Jacquel etait en jachère sur ce blog.

Encore une fois, un éclairage issu de Philosophie Magazine dont on ne vantera jamais suffisamment l’admirable travail de vulgarisation du monde des idées. Cette citation est tirée d’un long entretien entre Pierre-Noel Giraud et de Michel Lussault dans le numéro 99 (Mai 2016) consacré à la nouvelle lutte des classes entre les nomades et les sédentaires.

Pourquoi cet extrait d’entretien entre un économiste et un géographe sur #hypertextual ? Parce que cet échange fait apparaitre avec une grande limpidité deux principes fondateurs du lean :

  1. On ne peut pas forcer les gens à se tourner vers l’économie sédentaire et locale. On ne peut que les inciter en améliorant la qualité de ses services.
  2. La production de valeur est une dimension fondamentale des sociétés : elle passe par une démarche qui inscrit chacun dans un processus de montée en capacité d’agir. 

Accessoirement, il s’agit aussi des raisons profondes pour laquelle je fais ce métier. Une lecture salutaire à un moment où notre pays s’entre-déchire sur la loi travail.