Pourquoi j’ai rejoint Operae Partners

cecil cut 2

Cela fait maintenant plus de 6 ans que j’alimente ce blog et je n’y ai finalement que peu parlé directement de mes activités professionnelles. Si je le fais aujourd’hui c’est parce que j’ai le plaisir et la fierté d’annoncer que j’ai rejoint le cabinet de coachs Lean Operae Partners. Après 25 ans dans l’opérationnel de l’industrie IT, j’ai décidé de me tourner vers le conseil.

Ce blog a toujours incarné pour moi une réflexion sur le management au 21ème siècle et sur les leviers dont il dispose pour créer de la valeur et développer les équipes dans notre économie hyper-connectée. A ce stade de ma carrière j’ai l’intime conviction que le management Lean est celui qui se rapproche le plus de cette idéal de management vertueux. Je ne saurais trop vous recommander de venir assister au Lean IT Summit pour vous en convaincre.

C’est un immense honneur pour moi de rejoindre l’organisation de Marie Pia Ignace, Michael Ballé, Régis Médina, Antoine Contal et d’autres encore. C’est aussi un grand défi, car la marche est haute et on n’est jamais tout à fait certain de réussir. Un défi, donc, mais passionnant, pour lequel je m’appuierai sur mon enthousiasme, ma curiosité mais aussi sur ce que j’ai observé, appris et réalisé durant ces 25 années pour obtenir des résultats et donner du sens à mon travail en aidant les équipes à en donner au leur.

Advertisements

6 thoughts on “Pourquoi j’ai rejoint Operae Partners

  1. Hi Pauline, thank you ! I surely will carry on blogging.

    Actually I have not been blogging much lately as I was fixing logistic issues for my new job. I will be living in Paris during the week, commuting from Bordeaux where I will be during the week end and a couple of days a week working remote. Needless to say : finding a “pied à terre” in Paris in September where you compete with hundreds of student is a full time job. I am now settled and ready to go.

  2. Félicitations Cecil, et bon travail ! Comme vous prêchez le Lean, je serais très intéressé de t’entendre nous expliquer comment vous appliquez à vous mêmes les vertus de ce type de management.

    1. Merci Trémeur. En fait le Lean s’inscrit surtout dans une démarche d’équipe mais au niveau personnel .. hmmm .. c’est une excellente question.

      En premier lieu, je tâche toujours de me visualiser depuis l’oeil du client (qui peut juste être un collègue ou un interlocuteur) : est-ce que j’apporte de la valeur à la conversation ou au projet depuis sa perspective ? Ai-je bien compris ce qu’il attend de moi ? Ai-je bien compris son problème ?

      Ensuite j’essaie de livrer quelque chose de qualité. Là où je ne suis pas Lean c’est que c’est rarement bon du premier coup. Je suis plus dans l’approche incrémentale et itérative où ce qui m’importe c’est le “finished article”, le produit qui sera réalisé dans le contexte de la collaboration. Certainement un axe d’amélioration …

      Par ailleurs j’essaie de m’améliorer en permanence en prenant, a posteriori, du recul par rapport au projet, à l’interaction à la mission. J’essaie alors de comprendre ce qui a fonctionné (ou pas) : j’en tire souvent des questions à creuser encore et parfois des enseignements. Passionné par cette problématique d’amélioration continue, je lis énormément pour m’aider à mieux comprendre en regardant ce problème selon d’autres perspectives.

      Aussi j’essaie de travailler en flux et de réduire le nombre de tâches simultanées pour faire une chose à la fois et le faire bien. Il s’agit d’une authentique discipline sur laquelle je travaille aussi beaucoup et me suis sensiblement amélioré ces dernières années.

      Enfin j’essaie d’être plus à l’écoute et de mieux observer. Mon épouse qui est éducatrice spécialisée et qui excelle en ce domaine est un authentique exemple pour moi sur ce sujet. Sujet sur lequel j’ai beaucoup appris ces deux dernières années dans le cadre de la mission de changement que j’ai pilotée et qui a donné lieu à #hyperchange, mais où, là encore, ma marge d’amélioration reste significative.

      J’ai plus l’impression d’être auto-centré et pompeux que Lean avec tout cela mais dans l’esprit c’est ça.

  3. Très intéressant tout cela et très sage. Ce que tu dis à propos des effets délétères du multitasking quand il est permanent, est un vrai sujet dans les organisations: “j’essaie de travailler en flux et de réduire le nombre de tâches simultanées pour faire une chose à la fois et le faire bien.” Cela exige certes une réelle discipline, mais auparavant une vraie prise de conscience également, prendre donc la mesure du besoin de temps et de de concentration pour qu’un projet avance et qu’on s’y associe dans les meilleurs conditions.Je ne suis pas certain que nous prenions ce chemin là en terme de management et pas plus du fait des effets de nos outils de travail quotidiens (smartphone, réseaux sociaux, etc). En somme, il faut apprendre à débrancher pour mieux profiter de nos branchements. Ce doit être cela, le “flux”…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s