Déconstruire le fantasme Startup : entretien avec Fred Brunel

Fred B 1

J’ai rencontré Fred Brunel au Printemps 2004 lors de mon entretien d’embauche dans la startup In-Fusio à Bordeaux. Cette Startup, que j’allais rejoindre 3 mois plus tard, était spécialisée dans le monde du service de jeux pour téléphonie mobile et était la première à avoir mis en place, huit ans avant l’iPhone, le principe de téléchargement de composants logiciels Over The Air (OTA).

Après l’entretien avec la responsable RH du recrutement (la pétillante Marianne Purvis), le CTO et le manager, j’eus droit pour la première (et seule) fois de ma carrière, à un entretien avec l’ensemble de l’équipe. Une équipe qui reste, de la tête et des épaules, la meilleure avec laquelle j’ai travaillé en un quart de siècle d’expérience en IT, et que je me dois de lister ici : Fred, donc, mais aussi Thomas Soulé, Laurent Lecigne, Michel Casabianca, Frédéric Bruneteau, Mickael Gilabert, Denis Loutrein et Daniel Caune.

Continue reading “Déconstruire le fantasme Startup : entretien avec Fred Brunel”

Advertisements

Citations du dimanche – Willam Finnegan

jours barbares

“L’étude laborieuse et minutieuse d’une minuscule bande de littoral, de chacun de ses aspects et de ses remous, de chaque rocher pris individuellement et chaque combinaison différente des marées, du vent et de la houle – un suivi longitudinal, donc, de saison en saison -, est l’occupation de base de tout surfeur à son break local. Se connecter à un spot – le comprendre vraiment -, peut prendre des années.

Pour les breaks très complexes, c’est le travail jamais inachevé de toute une vie. Ce n’est sans doute pas ce qu’imaginent la plupart des gens quand ils regardent la mer et remarquent des surfeurs dans l’eau, mais c’est pourtant le problème que nous efforçons au premier chef de résoudre en sortant au large : comment se comportent exactement ces vagues et comment se comporteront-elles probablement par la suite ?”

Chaque vacances d’été nous partons en famille à l’océan. Il y a peu de chose qui me délasse autant que marcher le long de la plage avec mon chien, lire avec le grondement des vagues en fond sonore ou encore rester assis et regarder les surfeurs.

Médiocre body-surfer moi-même, ce qui me fascine alors le plus c’est moins les trajectoires et les arabesques sur les vagues que leur capacité à deviner la vague : comment savent-il que cette vague là va se casser à droite ou à gauche ; que le moyen le plus rapide pour remonter les vagues c’est par ce chenal là ; qu’il n’est pas la peine de prendre cette vague car elle va se casser sur toute sa longueur sans que l’on puisse la prendre (Closed-out).

Jours Barbares qui aurait pu s’appeler Les vagues de ma vie, autobiographie de surfeur de Willam Finnegan (journaliste au New-Yorker) est un lecture passionnante. Innervé par cette volonté indéfectible de comprendre et se confronter à l’océan, sans le moindre accès de complaisance ou d’orgueil (une posture qui peut rappeler celle de Matthew Crawford), ce livre raconte cet amour des vagues, cette recherche de la combinaison idéale – houle, banc de sable, vent, orientation etc … Elle raconte aussi les doutes terribles, les vagues effrayantes, la terreur lorsque l’on ne parvient plus à passer les vagues et que l’on s’accroche au sable pour éviter de se faire trop secouer etc …

Une parfaite lecture d’été pour oublier toutes les horreurs d’une actualité surchargée et démontée elle aussi.

#hyperlean : le droit à l’erreur et le devoir de réaction rapide

illu4 small

“Oh dear how embarassing !” disait Adrian, mon manager lorsque je travaillais à British Airways lorsqu’il identifiait une petite erreur qu’il avait commise. À mon tour d’adopter cette charmante expression, légèrement surannée, pour exprimer mon embarras. Malgré notre travail de relecture (manifestement insuffisant mais nous travaillons à identifier les causes …), plusieurs lecteurs nous ont remonté quelques petites coquilles dans le livre #hyperlean.

Maxime Sinclair a eu la gentillesse de prendre le temps pour m’écrire un mail depuis la page contact pour proposer cette idée de créer un espace pour y répertorier les coquilles et autres petits bugs du livre (c’est normal pour lui qui est développeur).

Dans la vie en Perpetual beta (Bruce Nussbaum), nous avons le droit à l’erreur mais le devoir de réaction rapide (Jason Fried). Alors voilà : j’ai créé une page Coquilles pour crowdsourcer la collecte de petits bugs. Je vous invite donc à y collecter les éventuelles petites erreurs.

Cela alimentera une version 1.1 qui suivra dans la foulée (Septembre vraisemblablement). Mais mon conseil demeure cependant d’acquérir la V1.0 qui deviendra bien vite un collector.

Bel été et belles lectures !

Numérique et travail : visions du futur et problèmes du présent

img_7893

(version anglaise)

“Books about the future of work make the same mistake : they fail to look back at the history of work or more precisely the history of books about the future of work and how wrong they were.” (Scott Berkun – The Year Without Pants).

Passionné, d’une part, par le management et, de l’autre, par l’impact de l’avènement du numérique dans nos vies, je suis exposé à de nombreux “thought leaders” et collègues consultants en organisation et management : leurs réflexions sur un sujet à l’intersection des deux (le futur du travail – a.k.a #FutureOfWork) m’interpellent.

J’observe des discussions autour de grands espoirs (faisons avec la méthode X, cela sera bien mieux ensuite) ; des prises de position radicales (débarrassons nous des managers !), des approches que l’on pourrait qualifier de dystopiques (holacracy) ; des promesses dangereuses rappelant l’utopisme de William Gibson (des solutions socio-technologiques innovantes vont résoudre vos problèmes internes).

En toute sincérité, je comprends la séduction des projections intellectuelles, je suis moi même en phase de rémission. Toutefois, depuis que j’ai découvert les méthodes agiles en 2004 j’ai intégré un principe hérité du lean : concentrons nous sur le problème d’aujourd’hui.

Je ne suis pas tout à fait convaincu que lorsque nous parlons de #FutureOfWork, nous parlons des sujets principaux auxquels nos organisations sont confrontés aujourd’hui. Et de fait je ne suis pas tout à fait convaincu par la pertinence de ces réflexions. Continue reading “Numérique et travail : visions du futur et problèmes du présent”

Le management visuel pour soulager la charge mentale des collaborateurs

Capture d_écran 2017-07-07 à 19.04.55
Benjamin Garrel – Lean Summit Lyon 2016

Lors de la passionnante édition 2017 de la conférence Lean dans les services, organisée par l’Institut Lean France au Cercle National des Armées, Benjamin Garel a donné une présentation admirable et tonique sur son accompagnement des cadres des Hôpitaux de Paris (APHP) dans la mise en œuvre du Lean.

Au delà des quelques blagues très drôles (« Les personnes m’ont dit : si tu as lu un bouquin sur un sujet en français tu es un expert, et si tu l’as lu en anglais, tu es un expert international »), et des décisions bien senties (« si les managers n’expérimentent pas entre les sessions de formation, ils laissent leur place à d’autres qui, eux, ont envie d’expérimenter ») la pensée claire et tonique de Benjamin a visé très juste sur de nombreux sujets.

Celui sur lequel je souhaite insister ici est très spécifique et aura un écho particulier en ce qu’il traite d’un sujet qui a fait couler beaucoup d’encre ces temps derniers

Continue reading “Le management visuel pour soulager la charge mentale des collaborateurs”

Sunday Quotes : Clay Shirky

“In 1645 a group of people living in London decided that they would refuse to believe things that weren’t demonstrably true (…) This group which included the natural philosophers (scientists) Robert Boyle and Robert Hooke and the architect Christopher Wren was referred to (…) as the Invisible College (…) The Motto of the group was Nullis in Verba – Believe nothing from mere words. When one of their number number announced the result of an experiment, the others wanted to kow not just what the result was but how the experiment has been conducted, so that the claims could be tested elsewhere. Philosophers of science calls this condition falsifiability. Claims that lacked falsifiability were to be regarded with great skepticism (…) The Invisible College became so important to British science that its members formed the core of the Royal Society, a much less invisible organization chartered in 1662 and still in operation to this day.”

Continue reading “Sunday Quotes : Clay Shirky”

Digital : les enjeux de contexte, stratégie et exécution en un slide


Digital : pourquoi, quoi, coment

(Cliquer pour agrandir)

Dans sa très célèbre présentation TED (et dans le livre du même nom), Simon Sinek enjoint les dirigeants à commencer par le Pourquoi : Start With Why nous explique-t-il. Un excellent conseil, que je ne saurais que trop vous recommander de suivre pour structurer votre démarche stratégique pour aborder l’adaptation de votre entreprise à l’ère du numérique.

Comme expliqué dans l’ouvrage #hyperlean, on a souvent tendance à réduire le sujet du numérique à sa dimension technologique (les applis mobiles) ou marketing (les canaux). Ce qu’expliquent Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee dans The Second Machine Age : l’enjeu du numérique est un enjeu de management.

Cet article pour vous présenter le pourquoi (le contexte) mais aussi le quoi (la stratégie des géants du numérique) et le comment (l’exécution).  Le tout en un slide et quelques explications plus précises. Continue reading “Digital : les enjeux de contexte, stratégie et exécution en un slide”