Pourquoi le Lean va sauver nos emplois

robots

(English version)

Travailleurs du 21ème siècle unissez-vous !

La crise pétrolière de 1973 marque un moment charnière : celui à partir duquel les habitants des pays du sud ont décidé d’arrêter de fournir de la matière première peu chère pour soutenir la croissance de la classe moyenne des pays occidentaux. Depuis lors, la sécurité de nos emplois est exposée à trois périls principaux.

Le premier est la mondialisation. Des gens de tous les pays souhaitent avoir le même niveau de vie que la classe moyenne occidentale. Comment leur en vouloir ? A eux la possibilité de mener une vie décente, de payer des études à leurs enfants, et la perspective d’une promotion sociale.

Le deuxième est l’ennui. Depuis les années 90, les grandes entreprises ont consacré une quantité phénoménale d’énergie (et d’argent ! parlez-en à Oracle ou Salesforce) à rationaliser des processus et à les figer dans leurs systèmes d’information. Les collaborateurs sont maintenant soumis à des systèmes IT qui dysfonctionnent pour la majorité d’entre eux avec des processus pulvérisés dans un grand nombre de fonctions, et les employés, ayant perdu tout contact avec les clients, ne trouvent plus aucun sens à leur travail.

Le troisième est plus récent : il s’agit de l’automatisation et des algorithmes. Les ingénieurs rêvent de créer des systèmes desquels ils ont exclus les personnes, afin de supprimer la variabilité qu’ils reprochent aux humains, et avoir des systèmes purement technologiques et donc “parfaits” (hum hum).  L’avènement de la robotisation et des algorithmes est l’eden secret de la culture de l’ingénierie.

Qu’est-ce qui nous attend ? Qui va sauver nos emplois ? Si vous vous posez sérieusement la question, rassurez-vous, l’ombre bienveillante de Taïchi Ohno veille sur vous. Car c’est le Lean qui peut nous aider à surmonter ces menaces, à conserver nos emplois et même à nous sentir plus impliqués dans nos jobs. Et voici pourquoi …

Continue reading “Pourquoi le Lean va sauver nos emplois”

Three reasons why Lean will save your job

robots

(Version française)

Workers of the 21st century western world, unite !

The 1973 oil crisis has been a key moment. At this point in time, people from the south decided to stop fostering western countries middle class growth with cheap resources. Since then, we have witnessed our job security been compromised by many different factors. For the sake of brevity I will only consider three in this article.

The first one is globalization. People from all around the world are jumping on the opportunity of joining the western world middle class. Who could blame them ? All of a sudden they have the ability to afford for a decent living, pay for studies for their children to get graduated and the prospect of social promotion.

The second one is boredom. Companies have spent since the 90s a terrific amount of energy (and money ! ask Oracle or Salesforce) to rationalize processes and freeze them into IT enterprise systems. The workforce is now completely subjected to mostly dysfunctional IT systems, processes are completely pulverized and employees, having lost the contact with the customer, have lost the meaning of their work.

The third one is a more recent one : robots and algorithms. Engineer dreams is to design people out of the system to make it “perfect” (cough) : the advent of robots and algorithms is a dream come true for the Engineer culture.

So where do we go from there you might think ? Who gonna save our jobs ? If you are serious enough about these questions, the benevolent shadow of Taiichi Ohno is looking after you. Lean can help in overcoming these threats, keeping our jobs and, into the bargain, making us more engaged in our work. Here’s why …

Continue reading “Three reasons why Lean will save your job”

Le Lean en questions – entretien avec Cécile Roche

Cecil Roche 2

Après Petit Guide Lean à l’usage des managers, Cécile Roche vient de publier son second livre : Le Lean en Questions.

Il s’agit d’un ouvrage remarquable pour plusieurs raisons. La toute première est la grande sagesse qui en émane. On sent dans les cas qui illustrent les thématiques avancées beaucoup de recul et d’expérience. Ce livre semble imprégné d’une sagesse inspirée par des aller-retour entre la pensée et l’action, les dirigeants et les opérationnels, l’ingénierie et la production. Probablement un des livres de management les plus important à lire cette année.

Le second point est qu’il s’agit d’un ouvrage pacifié. On ne remet personne en cause ici. On cherche à comprendre les motifs qui font que certaines personnes agissent selon des modes que d’autres stigmatiseraient. Le livre est comme pacifié avec un regard empreint de bienveillance. Une qualité rare et si importante.

Enfin ce livre fournit un gros effort pédagogique en s’efforçant de donner des définitions claires et simples des principes clefs du Lean. Celle de la bienveillance est en tout point admirable.

Cécile a accepté de répondre aux nombreuses questions que nous a inspiré cet essai fortement recommandé …

Continue reading “Le Lean en questions – entretien avec Cécile Roche”

Citations du dimanche : Schumpeter et Philippe Méda

“L’invention signifie la conception d’une nouveauté. Alors que l’innovation se définit par l’introduction d’une invention dans l’environnement social. Le marché est une forme spécifique de l’organisation sociale.”

A la préhistoire de ce blog (2008 – il ne s’appelait même pas #hypertextual), j’ai écrit un long billet sur l’innovation. En fait il s’agissait pour moi de me faire une sorte de synthèse de toutes les notes dont je disposais sur ce sujet.

J’avais écrit ce billet car je travaillais alors avec des ingénieurs informaticiens intimement persuadés que innovation=technologie, un raccourci qui me semblait en grande partie à côté de la plaque. (J’ai découvert un peu plus tard, à la lecture du remarquable rapport sur l’innovation de Delphine Manceau et Pascal Morand de l’ESCP que s’ils pensaient ainsi c’était en grande partie parce qu’ils avaient été éduqués dans cette croyance, bien française – anyway)

Aussi m’étais-je lancé dans une quête d’une définition satisfaisante de l’innovation. La plus satisfaisante était celle de l’Autralian Research Council :

L’innovation est le processus qui traduit la connaissance en croissance économique et en bien-être 

Dans un long billet remarquable, Philippe Méda (aka @merkapt que je ne saurais trop vous recommander de suivre pour sa vision très riche sur l’économie du numérique) cite cette définition de Schumpeter. Une définition bien plus éclairante, que j’adopte de ce clic.

Je ne me rappelle plus cette citation exacte d’une sage chinois, qui dit en substance que lorsque le monde n’est que chaos autour de nous, ce dont nous avons le plus besoin est un dictionnaire. Avant de débattre sur un sujet la première chose à faire est d’en donner la définition. Un conseil que donnait d’ailleurs Richard Enthoven à ceux qui préparent le bac de philo : commencer par définir les thèmes proposés.

Une fois que nous avons défini l’innovation, on peut commencer à voir comment on va faire et pourquoi, comme l’explique le billet de Philippe Méda, la France a toutes les difficultés à créer le contexte propice à son avènement.

Agile is Dead – Long Live Lean

This is a rather technical, yet strongly recommended talk by Dave Thomas in the goto; conference (love that name). Refer to the seminal corresponding blog post.

Dave (aka @pragdave) is a software craftman and he knows a couple of things about Agile methodologies : he was there on that day. There are a couple of interesting things in this talk. Continue reading “Agile is Dead – Long Live Lean”

Lectures de l’été : la croyance et l’esprit scientifique

IMG_5773

Dans l’inusable Organizational Culture and Leadership, Edgar Schein explique qu’un des niveaux de déchiffrage d’une culture d’entreprise est celui des basic underlying assumptions, les éléments culturels sous-jacents, éléments admis implicitement, tabous et jamais discutés ouvertement.

Un de ces éléments est le rapport à la vérité. Ce rapport à la vérité peut se modéliser sur un axe. À une extrémité de cet axe se trouve la croyance : “On gère nos projets ainsi parce que Bob le chef nous l’a dit et parce qu’on a toujours fait comme ça”. Vérité sous-tendue : notre manière de faire est la bonne.

À l’autre extrémité de cet axe se trouve le pragmatisme et l’approche scientifique.

Trois lectures de l’été dernier, lectures que je mûris lentement depuis (d’où cette chronique tardive), me font penser que cet axe culturel n’est pas cantonné aux seules cultures des organisations.

Cet axe délimite aussi deux visions de notre rapport au monde, visions qui s’affrontent inlassablement depuis plusieurs siècles.

Continue reading “Lectures de l’été : la croyance et l’esprit scientifique”

Citations du dimanche : Cécile Roche et la bienveillance

La bienveillance est avant tout une façon de considérer l’autre avec un a-priori positif. C’est l’attitude qui consiste à mettre dans son rapport à l’autre une intention positive, sans naïveté mais sans idée préconçue. C’est aussi supposer que l’attitude de l’autre n’est pas sous-tendue par des intentions négatives. Cela suppose de s’intéresser aux faits sans les interpréter de prime abord, tout simplement parce que l’interprétation des faits est la traduction de nos propres convictions et de nos propres valeurs bien plus que celles de la personne qui est à l’origine des faits. La bienveillance désamorce les conflits au lieu de les envenimer (…) elle installe les conditions positives d’une co-construction plutôt qu’entretenir une spirale négative de défiance. La bienveillance est un pari gagnant. Faire l’hypothèse que les intentions de l’autre ne sont pas malveillantes c’est en prendre un risque très faible en regard du bénéfice attendu. 

Voici la page la plus importante que vous lirez dans un ouvrage de management cette année. Cécile Roche est directrice du lean et de l’agile pour le groupe Thalès. Le Lean en Questions est son second ouvrage et c’est un livre admirable.

Continue reading “Citations du dimanche : Cécile Roche et la bienveillance”